CTA DU 16 MARS 2021

05-04-2021

COVID CARTE SCOLAIRE REFORMES ...
LA DECLARATION DE LA FSU-SNUipp Centre Val de Loire en direction de Mme la RECTRICE
LORS DU CTA DU 16 MARS 2021 (6 élus sur 10 FSU) I Lire ici


Pour le 1er degré, Madame la Rectrice nous n’allons pas à nouveau faire la liste bien trop longue des attaques contre l’Ecole Publique : nos communiqués sur les mutations, la direction, les salaires, la maternelle, les évaluations,  la formation initiale et continue, le CAPPEI, le CAFIPEMF… font le constat jour après jour de la volonté intacte de notre Ministre  de poursuivre la mise en place de sa politique éducative au détriment des élèves et des personnels. Sa capacité à instrumentaliser la crise sanitaire pour imposer ses choix à une profession qui tient encore ( mais pour combien de temps ?) l’école à bout de bras n’a pas de nom. Ce que fait ce Ministre est inqualifiable !
Nous dénonçons les conséquences de ces mesures dans les instances académiques et départementales et nous nous félicitons des mobilisations actuelles pour défendre les écoles dans le cadre des cartes scolaires.
Nous vous alertons à nouveau Madame la Rectrice, comme nous avons eu l’occasion de le faire à de trop nombreuses reprises, sur la réalité du climat dans les écoles. Nos collègues sont épuisé-es, un certain nombre d’entre eux sont au bord de la rupture, les directeur-trices sur sollicité-es et en première ligne permanente : conditions de travail dégradées, injonctions contradictoires, gestion d’élèves relevant du soin, commandes institutionnelles qui ne font plus sens, non remplacement, … alors même que dans les écoles l’urgence et les préoccupations sont ailleurs !
Autant d’éléments qui alimentent la défiance et la lassitude.
Tout cela a un coût. Un coût désastreux en termes de santé physique et mentale, un coût tout aussi néfaste sur les ambiances d’équipes.
Nous ne comptons plus les appels de détresse de nos collègues qui quotidiennement nous rapportent leur mal-être au travail. Les arrêts maladie, l’augmentation des demandes de démission ou de rupture conventionnelle, les difficultés de recrutement… sont ainsi des indicateurs alarmants qui doivent être traités en urgence par l’Etat employeur.
Enfin, Madame la Rectrice, vous avez constaté la multiplication des questions diverses concernant ce CTA. La raison en est simple, la suppression d’une très grande partie des compétences des CAP fait que des questions importantes en matière de gestion des ressources humaines ne trouvent pas de réponse depuis des mois pour certaines. Faute de retour de nos DASEN et du Rectorat à nos courriers et interventions, nous nous tournons vers vous et donc le CTA afin d’obtenir des réponses de notre employeur.

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.