ALERTE INFOS

27-03-2021

> Mouvement : ce qui change !
> Covid : non-remplacement et maternelle
> Rythmes : il faut l'avis du conseil d'école
> Aesh : intervention en direction de Mme la Préfète
> Cités éducatives

 

MOUVEMENT ET CIRCULAIRE 2021
Vos élus FSU-SNUipp37 viennent d'avoir une réunion avec la DSDEN.
Modification importante : la suppression de la phase 3 des affectations d'office. Ce qui est une bonne nouvelle !
Nous attendons le retour du DASEN sur plusieurs points dont la question des postes à profil avec l'appel à candidature sur quelques postes et pas tous, le 80%, le CAPPEI...
Nous finalisons notre Guide Spécial et vous invitons à nos RIS.
Tout pour faire son mouvement sur notre site !

Groupe de travail sur les tests salaires avec le Rectorat du 24 mars
Ce groupe de travail avait pour finalité d’exposer la mise en place de ces tests. Nous ne reviendrons pas en détail sur le peu de moyens humains qui en limitent le déploiement. La FSU a surtout indiqué ses craintes qu’ils arrivent trop tard au regard de l’avancée de la pandémie.
La FSU a exposé la situation dramatique du remplacement dans le premier et second degré.
Ainsi en Indre et Loire, mardi dernier 50 classes n’avaient pas de remplaçant et notre enquête départementale lancée lundi décompte déjà plus de 200 jours !
La FSU-Snuipp a mis en avant l’impossibilité pour les directeurs-trices et adjoints de gérer seuls ces absences parfois sur plusieurs semaines. Les écoles sont « coincées » entre le protocole qui impose un non-brassage et les parents qui veulent maintenir l’accueil de leurs enfants. Nous avons demandé un écrit de notre hiérarchie en direction des parents déchargeant les écoles de cette responsabilité.
Mme la Rectrice devait prendre en compte cette question ainsi que le DASEN37.
Dans l’attente de leur réponse, nous invitons toutes les écoles à se saisir de nos consignes notamment en proposant aux parents de s’adresser directement aux IEN (modèle de courrier sur notre site). Merci de continuer à remplir notre enquête en ligne, elle est indispensable pour dire la réalité du terrain : nous sommes en relation avec la presse.

MATERNELLE Enfin une prise de conscience de la situation !
Lors de ce groupe de travail, le médecin du Rectorat a indiqué travailler à des protocoles pour les maternelles. Actuellement, une classe est fermée dès qu’un cas positif est identifié mais les tests sont rares. Il serait possible prochainement, si un foyer de contamination était avéré dans une famille que l’enfant soit considéré comme cas probable entrainant la fermeture de la classe. Le Rectorat attend la validation du dispositif par le Ministère. Lors de ce groupe de travail, le médecin du Rectorat a indiqué travailler à des protocoles pour les maternelles Actuellement, une classe est fermée dès qu’un cas positif est identifié mais les tests sont rares. Le Rectorat a aussi « lâché » que le taux d’incidence était de 100 pour les enfants de moins de 9 ans ! Avec un tel taux qui doit être bien plus élevé pour les tranches d’âge supérieur, la présence du covid dans nos classes n’est plus à discuter ! Mais ou sont les dispositifs  mis en place par notre employeur ?


CDEN du 24 mars Rythmes scolaires : Les conseils d'école doivent être consultés !
Nous sommes intervenus pour que la procédure de dérogation à la semaine de 4 jours1/2 soit clarifiée.
Cette année, les communes doivent toutes renouveler leur demande. En effet, les dérogations pour la semaine de 4 jours arrivent à échéance.
« Les conseils d'école doivent être consultés » a enfin confirmé le DASEN après plusieurs sollicitations de la FSU-SNUipp37. L'information contraire est donc bien fausse !
Or, aucune circulaire du DASEN n'a été envoyée aux écoles ! Seules les communes semblent être au pilotage.
Nous avons, certes, demandé et obtenu un report des délais de remontées des conseils d'école, mais aucune consigne officielle n'a vraiment été donnée. Ce flou entretenu est très regrettable pour un sujet qui ne devrait pas être traité à la légère.
Nous avons demandé une circulaire précise, un calendrier transparent et un état des lieux des décisions prises, en espérant que ces informations parviennent préalablement aux opérations de mouvement des personnels qui a approchent.
Nous appelons toutes les écoles qui n'ont pas encore consulté leur conseil d’école sur cette question, à nous l’indiquer à snu37@snuipp.fr.
A ce jour, seulement 12 communes du département fonctionneraient à 4j1/2, soit conformément à la loi. (36 communes n'ont pas répondu encore)

CDEn du 24 mars : AESH
Dans la lignée de toutes nos interventions sur la reconnaissance et la rémunération des AESH, nous avons interpellé les membres du CDEN (Préfète et IA) sur deux aspects :
- d'une part la révision par les services académiques de l'ancienneté des collègues AESH qui n'ont pas eu leur entretien professionnel en temps et en heure. Cette erreur de l'administration provoque des retards dans l'avancement déjà très lent et quasi inexistant. Ces erreurs doivent être rectifiées. Le Secrétaire Général a répondu que cette situation était entre les mains du Rectorat, qui seul a la main sur la gestion des AESH, via le SAGAH. La demande a donc été entendue, mais elle impose encore d'attendre, alors que les recours des collègues ont déjà plusieurs mois.
- d'autre part, au niveau de la rémunération, nous avons interpellé Mme la Préfète pour qu'elle entende et fasse remonter l'injustice dont sont victimes les AESH ayant beaucoup d'ancienneté. En effet, l'augmentation systémique annuelle du SMIC fait chaque année disparaître le plus petit échelon de la grille indiciaire des AESH. Ainsi, et c'est normal, les AESH nouvellement recruté-e
s sont recrutés aujourd'hui à l'échelon plancher qui correspondait au 3ème échelon des AESH recruté-es il y a 6 ans par exemple. Ainsi, ces nouveaux personnels sont rémunérés à hauteur de ceux qui ont déjà acquis beaucoup d'ancienneté. Cette situation est inacceptable quand on sait le niveau de précarité des AESH. Ils représentent quasiment la moitié de tous les dossiers présentés à la Commission Départementale d'Action Sociale. La Préfète doit faire remonter cette injustice aux services de l'Etat.
Pour ces questions, nous vous rappelons la tenue d'une RIS spéciale AESH le mardi 30 mars en visio-conférence, et une journée d'action et de grève le jeudi 8 avril.

CDEn du 24 mars : les Cités éducatives :
- nous avons interrogé l'IA sur les conséquences de cette désignation pour le quartier de la Rabière à Joué les Tours. La Préfète a précisé que ce dispositif ne se substituait pas aux dispositifs existants, notamment la Réussite Educative. Nous avons exprimé notre étonnement quant à la rapidité des actions à mettre en place et à l'absence de concertation avec les équipes enseignantes des écoles concernées. Le vice-président du Conseil Départemental s'est étonné de cette remarque en argumentant qu'il travaillait avec le collège du quartier. C'est bien là notre propos, les équipes des écoles ne sont absolument pas associées à la mise en oeuvre de projets. Les écoles et plus largement l'éducation nationale se trouvent alors diluées dans ces travaux, menés plus spécifiquement par des pouvoirs politiques locaux, et donc très influencés par les orientations politiques des pilotes des Cités Educatives.  

 

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.