actu site FSU nationale

Avec la FSU, pour la Fonction publique
S'abonner à flux actu site FSU nationale

.fusion-countdown-1 {background-color:#a0ce4e;}.fusion-countdown-1 .fusion-dash-wrapper{padding:5px;}.fusion-countdown-1 .fusion-countdown-counter-wrapper{margin:0 calc(7.5px - 5px);font-size:18px;color:#ffffff;}.fusion-countdown-1 .fusion-dash{background-color:#333333;padding:0.6em 1.1em 0.6em 1.1em;border-radius:4px;}.fusion-countdown-1 .fusion-dash.fusion-dash{border:0px solid #1d242d;}.fusion-countdown-1 .fusion-dash-title,.fusion-countdown-1 .fusion-countdown-heading{font-size:18px;color:#ffffff;}.fusion-countdown-1 .fusion-countdown-subheading{font-size:14px;color:#ffffff;}.fusion-countdown-1 .fusion-countdown-link{color:#ffffff;}Débat liveLa FSU engagée pour le climat et la bio-diversité0000Jour(s)00H00Min00Sec

En cette période de campagne pour les élections pro, la FSU se doit de montrer en quoi son syndicalisme est particulier et bien en prise avec les problèmes quotidiens des collègues. Les questions de métier sont très directement impactées par les questions environnementales et climatiques, comme nous l’ont encore prouvé ces derniers mois. Par ailleurs, par son accessibilité sans conditions de revenus, le service public a un rôle essentiel à jouer pour la justice sociale et écologique. Notre fédération porte une réflexion de longue date sur ces sujets et a des revendications et propositions en la matière. C’est une de ses particularités, qui peut intéresser et motiver des collègues à voter pour la FSU.

Le mardi 18 octobre, la FSU organise un débat EN VISIO, de 18h à 19h30, sur le lien entre les questions environnementales, les services publics et le syndicalisme. Pour discuter de ces questions, deux personnalités nous apporteront leur point de vue: Élodie Nace, porte-parole d’Alternatiba et Pierre-Marie Aubert, chercheur en sciences politiques. Le public pourra poser des questions qui seront transmises aux intervenant-es pour leur permettre d’y répondre en direct.

.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 20px;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-0{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-0 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-1{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;margin-top : 0px;margin-bottom : 20px;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {padding-top : 0px !important;padding-right : 0px !important;margin-right : 1.92%;padding-bottom : 0px !important;padding-left : 0px !important;margin-left : 1.92%;}@media only screen and (max-width:1024px) {.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}@media only screen and (max-width:850px) {.fusion-body .fusion-builder-column-1{width:100% !important;order : 0;}.fusion-builder-column-1 > .fusion-column-wrapper {margin-right : 1.92%;margin-left : 1.92%;}}.fusion-body .fusion-flex-container.fusion-builder-row-2{ padding-top : 0px;margin-top : 0px;padding-right : 0px;padding-bottom : 0px;margin-bottom : 0px;padding-left : 0px;}

L’article Débat-live: la FSU engagée pour le climat et la bio-diversité est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

A la veille de la rentrée scolaire Kai Terada – enseignant au lycée Joliot-Curie de Nanterre et co-secrétaire de Sud Education 92 – a appris qu’il était suspendu quatre mois sans qu’aucun motif ne lui soit notifié. Le 22 septembre, reçu par le rectorat de l’Académie de Versailles, il apprend qu’il fait l’objet d’une « mutation dans l’intérêt du service » dans un autre département. Aucune faute professionnelle ne lui est reprochée.

L’arrêté de mutation évoque une activité “en dehors des instances de dialogue social de l’établissement ou de l’exercice normal d’une activité syndicale” et affirme que “le lycée JoliotCurie connaît une situation préoccupante (…) en ce qui concerne (…) la continuité du service public d’éducation”. Derrière “la continuité du service public d’éducation”, le rectorat de Versailles ne fait pas allusion au manque de moyens pour le remplacement des personnels mais semble bien s’attaquer au droit de grève, un droit constitutionnel.

 

Motion CGT-FSU-Solidaires soutien à Kai Terada – 03 10 2022

L’article Déclaration intersyndicale CGT – FSU – Solidaires – Soutien à Kai Terrada est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Dans le cadre du Conseil National de la Refondation « CNR à la mode Macron », est lancée le 11 octobre « la fabrique du bien-vieillir ».

J.C. Combe décrit le périmètre du futur atelier qui, selon lui, n’est pas « nouvelle concertation mais une opérationnalisation de mesures consensuelles et issues du terrain ».

 Mais ça veut dire quoi, à la fin, tous ces termes ?

En réalité, beaucoup d’affirmations pour … un grand abandon. 

 Juin 2018 : E. Macron affirme que la « loi Grand Âge sera le marqueur social de ce quinquennat ».

Juin 2019 : E. Philippe affirme que cette loi « est peut-être une des plus importantes de ce quinquennat ».  Juin 2021 : O. Véran affirme que la loi est prête et sera présentée au Parlement dès le mois de septembre 2021.

Septembre 2021 : J. Castex abandonne l’examen de la loi au Parlement mais annonce de nouvelles mesures à l’Assemblée.

Août 2022 : J.C. Combe annonce l’abandon définitif de la loi grand âge.

 

CNR communique -2

L’article Communiqué de presse : « La fabrique du bien vieillir » : Une nouvelle manœuvre du gouvernement pour ne pas répondre aux revendications urgentes est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Dimanche 4 septembre, Kai Terada, co-secrétaire départemental de SUD éducation 92 et enseignant au lycée Jolliot-Curie de Nanterre (92), s’est vu notifier par le rectorat une suspension de 4 mois. Jeudi 22 octobre, au lendemain d’un rassemblement d’ampleur devant le ministère, Kai recevait du rectorat son arrêté d’affectation dans un établissement, rendant effective la « mutation dans l’intérêt du service » dont il fait l’objet.

Il s’agit manifestement d’un nouveau cas de répression anti-syndicale. Les justifications données par le rectorat à sa mutation mentionnent notamment le fait que son militantisme déborde « l’exercice normal d’une activité syndicale ». Et effectivement, Kai est bel et bien un militant syndical actif au niveau local, régional comme national, depuis de nombreuses années : c’est cela qui a motivé l’administration a engager des poursuites contre lui.

 

CP 11 octobre

L’article Communiqué Intersyndical – Soutien à Kai Terada, contre la répression : journée d’action le 11 octobre par la grève et les rassemblements est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

La colère gronde en Iran suite au meurtre, le 16 septembre, de la jeune Masha Jina AMINI par la Police des mœurs. A l’annonce de son décès des mouvements de protestations ont eu lieu dans la région kurde dont elle était originaire, ainsi qu’a Téhéran et plusieurs universités du pays.

Dès le lendemain du meurtre, le syndicat VAHED des autobus de la région de Téhéran a notamment déclaré :

« Nous condamnons fermement ce crime et exigeons des poursuites, un procès public et la punition de tous les responsables de ce meurtre ».

« La liberté d’expression et d’habillement, le droit à l’éducation, à l’emploi, au divorce, ainsi que le droit de participer à des activités sociales doivent faire pleinement parte des droits de tous/toutes les habitant.e.s du pays, ainsi que de tout groupe social ».

« La discrimination structurelle, institutionnalisée et patriarcale à l’égard des filles et des femmes dans le pays doit cesser ».

« Le mouvement syndical et les organisations indépendantes de salarié.e.s sont de fervents défenseurs de l’égalité entre les hommes et les femmes. Ils s’opposent à l’obligation de porter le hijab, ainsi qu’aux autres injustices et discriminations contre les femmes et les personnes opprimées. »

 

2022-10-04 Déclaration Collectif syndical VERSION FINALE

L’article Communiqué Intersyndical – Solidarité avec les manifestant.e.s d’Iran est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Le 1er point concerne le budget

Nous souhaitons tout d’abord revenir sur le budget présenté par Madame Retailleau qui ne dit rien sur les surcoûts énergétiques que les établissements, déjà en grande difficulté, vont devoir supporter en ponctionnant sur leurs quelques réserves inévitablement au détriment du recrutement pourtant urgent de personnels titulaires, toutes catégories confondues, et des investissements prévus pourtant indispensables, notamment les travaux immobiliers et de rénovation énergétique.

Madame Retailleau a également confirmé que l’augmentation de 3,5 % du point d’indice de la Fonction publique pour la période allant de juillet à décembre 2022 (soit 185 M€ à trouver…) ne serait pas prise en charge, et aucune augmentation du point d’indice n’est prévue dans le projet de loi de programmation des finances publiques 2023-2027, soit durant tout le quinquennat, alors que la perte du pouvoir d’achat des personnels fonctionnaires et contractuels atteint 25 % (3 mois de salaires) depuis 2000.

 

Déclaration FSU- CTMESR 04102022

L’article Déclaration liminaire de la FSU au CTMESR du 4 octobre 2022 est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

L’intersyndicale, réunie le 3 octobre à Bagnolet, a pris acte de la volonté du gouvernement d’ouvrir des consultations concernant notre système de retraite. Il faut que le gouvernement précise ses intentions, ses éléments de diagnostics, la méthode de concertation et ses objectifs.

Attachées au système par répartition, les organisations syndicales se disent ouvertes pour mener des concertations qu’elles souhaitent loyales et transparentes pour plus de justice sociale. Celles-ci doivent porter sur les dispositifs de carrières longues, de pénibilité et d’usure au travail, de transition emploi retraite et de fins de carrière, d’emploi des séniors, de minimum retraite, de financement du régime et d’égalité femme/homme. Sur ces questions, les organisations syndicales travailleront ensemble pour porter des revendications communes. Les organisations syndicales réaffirment que l’ensemble de ces sujets ne nécessitent pas de réforme paramétrique.  

Les organisations syndicales réaffirment ainsi qu’elles sont, comme la majorité de la population, fermement opposées à tout recul de l’âge légal de départ en retraite et à une augmentation de la durée de cotisation. Pour l’intersyndicale, des alternatives y compris financières existent et doivent faire l’objet de discussions.

Dans ce contexte, nos organisations syndicales rappellent qu’un salarié sur 2 arrivant à l’âge de départ à la retraite n’est plus en activité (invalidité, chômage, minima sociaux…). Ainsi, toutes mesures d’âge ne feraient que précariser encore les actuels et futurs travailleurs et travailleuses. Cela ne générerait par ailleurs, aucune économie pour notre système car conduirait à un transfert financier vers l’assurance chômage et pour l’invalidité et les minima sociaux, vers notre système de protection sociale.

Nos organisations appellent les actuels et futurs travailleurs et les travailleuses à se réunir et débattre, et n’hésiteront pas à construire tous les moyens d’action nécessaires si le gouvernement demeurait arcbouté sur son projet.

Dans ce contexte d’incertitude pour les travailleurs et travailleuses, l’intersyndicale a décidé de se réunir à nouveau courant octobre.

 

Bagnolet, le 4 octobre 2022

 

 

2223_0410_Communiqué intersyndical du 4 octobre 2022

L’article Communiqué Intersyndical – Déterminé.e.s pour nos retraites est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Le ministre de l’Education nationale a lancé ce lundi 3 octobre sa première réunion consacrée à la revalorisation salariale des enseignant-es. D’emblée la FSU a rappelé que la question salariale concerne tous les personnels. Elle a rappelé ses exigences : rattrapage des pertes de pouvoir d’achat et revalorisation d’ampleur à même de faire face au déclassement salarial de nos professions et à des situations de grande précarité (notamment celles des AED et des AESH), augmentation des salaires et mesures de carrière sans contreparties pour tous les personnels, en début, milieu et fin de carrière, nécessité de lutter contre les inégalités salariales femmes/hommes.

Le ministre a présenté un calendrier de discussions et confirmé les grandes lignes du cadre budgétaire : 635 millions pour l’augmentation des rémunérations sans conditions, 300 millions pour le pacte pour l’année 2023. La FSU a fait préciser le fait que les CPE et PsyEN seraient concerné-es par la partie sans conditions. Sur cette dernière, le ministre a affirmé sa volonté pour les premières moitiés de carrière (les 25 premières années) par la rémunération et, pour la première fois, a entrouvert la porte d’une amélioration des promotions (hors classe et classe exceptionnelle) pour la 2ème moitié de carrière.

Sur le pacte, la FSU a rappelé son refus du travailler plus pour gagner plus. Le ministre a dit entendre les remarques sur la charge de travail des enseignant-es et évoque la possibilité de mieux rémunérer les missions existantes pour une partie de cette somme.

Le ministre a annoncé lors de cette réunion que la prime REP/REP+ serait bien versée à tous les personnels y exerçant : AESH, AED, CPC, PsyEN, CPE, Assistantes sociales, infirmières … Il s’agit là d’une revendication de longue date de la FSU qui serait enfin entendue.

En définitive, le cadre budgétaire reste trop contraint pour obtenir une revalorisation d’ampleur. Quelques lignes bougent, notamment sous l’influence de l’action et des interventions de la FSU et de ses syndicats nationaux depuis plusieurs mois : les fins de carrières pourraient être aussi concernées par des mesures sans contreparties, via des promotions de grade plus importantes, alors qu’elles étaient jusqu’ici oubliées, la porte s’ouvre sur une meilleure reconnaissance des missions existantes.

Mais cela ne suffit pas, loin s’en faut ! Pour la FSU, il faut un plan de programmation pluriannuel, une revalorisation par des mesures indiciaires, des mesures pour toutes et tous et en particulier pour les AED et les AESH qui exercent en dehors de l’Education prioritaire, mais aussi pour l’ensemble des personnels qui concourent au service public d’éducation (administratifs-ves, infirmières, assistantes sociales, personnels de direction et d’inspection, etc.). La FSU a en effet rappelé son attachement à ce que toutes et tous soient concerné-es, y compris les personnels du ministère de l’agriculture ou encore les enseignant-es affecté-es dans l’enseignement supérieur (PRAG, PRCE, etc.).

La mobilisation des personnels depuis le début de l’année (nombreuses réunions, participation encourageante à la grève du 29 septembre) montre leur détermination à obtenir une revalorisation digne de ce nom. Après la rentrée de la pénurie, il faut des mesures fortes et urgentes pour restaurer l’attractivité de nos métiers. La FSU a pris l’initiative de réunir une intersyndicale éducation ce mercredi 5 octobre, afin de faire le point sur la situation et tracer des perspectives.

Les Lilas le 4 octobre 2022  

 

2223_0410_cp_salaires_urgence_des_actes

L’article Salaires : l’urgence des actes ! est apparu en premier sur Fédération Syndicale Unitaire.

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.