POSTES ET CONCOURS

18-06-2020

Tour de passe-passe sur les postes
Le 7 avril dernier, le ministre de l’Éducation nationale annonçait la création de 1 248 postes supplémentaires  à  la  rentrée  2020.  Mais le compte n'y est pas et aura pour conséquence le recrutement de près de 100 contractuels et la limitation des droits des enseignant-es notamment pour le temps partiel (pétition académique en ligne). Lire plus ici


Cette  nouvelle  dotation prouve que  les 440 créations de postes initiales étaient largement insuffisantes.La crise sanitaire a mis en exergue les inégalités tant sociales que scolaires, or les départements  qui  ont  des  populations  plus  fragiles  et  des  écoles  en  éducation prioritaire  sont  les  grands  oubliés  de  cette  rallonge  en  postes.
Par  ailleurs,  des postes  de  maîtres  supplémentaires  ou  de  RASED  continuent  à  être  supprimés.  Le ministère ne tire pas les leçons de la séquence et ne met pas tout en œuvre pour lutter contre les inégalités.
Ces 1248 postes supplémentaires, déjà répartis entre les départements, auraient dû déboucher   sur   2496   recrutements   de   stagiaires   supplémentaires.   En   effet, les lauréats du   concours   seront   enseignants   stagiaires   à   mi-temps.   
Or,   le ministère n’annonce la création que de 625 places supplémentaires aux 10 790 déjà prévus au CRPE 2020.
Comme l’an dernier, 700 places seront également créées au concours supplémentaire de Créteil et Versailles.
Cette annonce maintient les inquiétudes sur la rentrée, car le nombre d’enseignants ne   sera   pas   suffisant   pour   occuper   ces   postes.   Les   625   recrutements   ne correspondant qu’à 312 moyens d’enseignement à temps plein. Cela conduira à recruter  près  de  1  000  contractuels,  malgré  la  promesse  du  ministère  de  ne  pas recourir à des personnels non formés.

Le  SNUipp-FSU  demande,a  minima, l’ouverture des listes complémentaires pour couvrir les besoins.
Pour  lutter  contre  les  inégalités  et  permettre  de  répondre  aux  besoins  de  tous  nos élèves, c’est d’un plan d’urgence avec des enseignants ayant appris le métier dont l’école a besoin.
Cela impose de réfléchir dès à présent à un plan de recrutements à la hauteur des défis qui s’imposent à l’école. Le ministre est garant de la continuité et de la qualité du service public d’éducation.
Cela ne peut pas passer par un tour de passe-passe sur les postes dans les écoles.

 

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.