STOP à l’impréparation !

10-11-2020

Alors qu’il est nécessaire de maintenir les écoles ouvertes tant que les conditions sanitaires le permettent, cela ne doit pas se faire au détriment de la santé des élèves, des personnels et de la société dans son ensemble. Des aménagements doivent être réalisés de manière urgente, comme le dédoublement des groupes classes, réclame le SNUipp-FSU. Lire plus ici

NOUVEAU 30 oct : LE PROTOCOLE DE NOVEMBRE EN LIEN ICI
NOUVEAU : Vos collègues de la FSU-SNUipp37 vous proposent une synthèse du nouveau protocole
 

Billet d'humeur : Vous ne le saviez pas ? Nous sommes prêt-es et choyé-es !

Cher-es collègues,

A l’ignoble assasinat de notre collègue Samuel Paty (le communiqué des 25 organisations), s’ajoute une aggravation importante de la crise sanitaire.
Face à cette situation et quelques heures après l’allocution présidentielle, notre administration a toujours un temps de retard et continue les mauvaises recettes du passé : des annonces sont faites dans les médias avant d’être communiquées aux personnels de l’EducationNationale et aucune leçon ne semble avoir été tirée de la crise sanitaire qui nous touche depuis mars 2020.

Ainsi, la FSU37 attend toujours les réponses de l'IA37 sur la rentrée du 2 nov : hommage à Samuel Paty, masques, personnes vulnérables.
> Lire ici la lettre envoyée à l'IA37
"Suite aux dernières annonces du ministre de l’Éducation nationale, nous souhaiterions connaître les modalités de distribution des nouveaux masques pour la reprise le 2 novembre.
Le Conseil d’État a suspendu les dispositions du décret du 29 août 2020 qui avaient restreint les critères des personnes dites vulnérables. En l’absence d’une nouvelle décision du Premier ministre, la liste des onze critères du décret du 5 mai 2020 s’applique à nouveau.
Comment allez vous informer les personnels vulnérables de l’application du décret précédent et donc de la possibilité d’être en télétravail ou de bénéficier d’autorisation spéciale d’absence?
Comment sera organisée la rentrée le lundi 2 novembre suite à l’évènement dramatique que nous avons connu?"

Mais rassurez-vous, car comme vous le savez, "nous sommes prêt-es" [dixit Jean-Michel Blanquer] :

    Tous les enseignant-es et AESH ont été clairement informé-es que les masques DIM étaient mis de côté par précaution ;
    Tous les personnels ont d’ailleurs reçu chez eux et pendant les vacances de nouveaux masques ; ce qui n’ajoutera pas aux autres tensions liées à la rentrée de lundi prochain ;
    Toutes les écoles ont reçu une dotation de gel hydroalcoolique à destination des personnels et des parents ;
    La décision du conseil d’état a été suivie très rapidement d’une évolution règlementaire reconnaissant la vulnérabilité (et donc le droit au télétravail et/ou à l’ASA) de personnels de l’EN qui sont atteint-es d’une pathologie relevant d’un des 11 groupes du décret du 5 mai 2020 ; les nouveaux conseillers RH de proximité ont d’ailleurs pris l’attache de l’ensemble des agent-es vulnérables depuis mars 2020 ;
    Le protocole sanitaire a été modifié et communiqué suffisamment tôt aux équipes et personnels pour qu’ils y travaillent et en discutent collectivement ;
    Toutes les collectivités territoriales travaillent d’arrache-pied à l’amélioration des locaux scolaires : aération et points d’eau sont installés en nombre suffisant ; ces mêmes collectivités ont d’ailleurs reçu une dotation exceptionnelle pour procéder à des recrutements permettant la mise en place d’un protocole de nettoyage régulier des écoles et établissements ou de limiter le brassage durant le temps périscolaire ou les transports ;

Et pour cette rentrée du 2 novembre :

    Une information claire a été donnée aux collectivités territoriales (et aux familles) pour expliquer comment les élèves seront accueillis jusque 10h00 ; la prise en compte de la ruralité est pleine et complète puisque les transports scolaires ont été réorganisés de façon exceptionnelle pour permettre aux élèves de RPI d’arriver sur leurs écoles respectives à 10h00 ;
    Les conseils de maîtres ont reçu une proposition de déroulé de la matinée avec des outils proposés et non imposés respectant la liberté pédagogique (c’est mieux quand on défend la liberté d’expression !) ;
    Les groupes de travail sur la direction réunis en urgence depuis le décès de Christine Renon ont permis de rappeler ce qui relève du fonctionnement de l’école. Ce ne sera donc pas aux directeur-trices ni à leurs collègues de prévenir les familles (voire les collectivités territoriales) de l’organisation de la matinée du 2 novembre. Ces dernier-es ont été doté-es d’une prime conséquente de 150 € permettant de financer pleinement et largement du matériel informatique et téléphonique ;

Et en plus nous sommes "choyés" [propos de Castex le 24 octobre] par la majorité actuelle :

    Les salaires de tous les enseignant-es et AESH ont été revalorisés à la hauteur de nos homologues de l’OCDE et du second degré ; la journée de carence est d’ailleurs abrogée ;
    Les formations mises en place dans les PDF ou les PAF ou dans le cadre des 18h d’animations pédagogiques respectent scrupuleusement les besoins exprimés par les équipes et ne sont plus orientés exclusivement sur les fondamentaux maths/français mais aussi sur des domaines pus larges : l’EMC, l’EMI, l’environnement, les arts et la culture, l’EPS... ;
    Les effectifs ont significativement baissé dans toutes les classes car toutes les études démontrent que moins il y a d’élèves, plus ils-elles réussissent ; un plan de recrutement exceptionnel a d’ailleurs été lancé pour recruter massivement des enseignant-es titulaires. Ce plan s’inscrit d’ailleurs dans la "droite" ligne des propos du Président Macron par exemple lors de son adresse aux français du 14 juin 2020 : "Une relance sociale et solidaire enfin, par un investissement massif pour l’instruction, la formation, et les emplois de notre jeunesse" ;
    L’avenir de l’éducation prioritaire n’est plus remis en question ;
    Une discussion est ouverte avec l’ensemble de la profession sur le fonctionnement de l’école et les missions confiées à l’enseignant-e en charge de la direction d’école ;
    Les AESH sont pleinement reconnu-es comme des professionnels et perçoivent une rémunération ainsi qu’un statut à la hauteur de l’importance des missions qu’ils-elles effectuent ;
    Les prescriptions pédagogiques sont levées ; les évaluations nationales n’ont plus lieu d’être ;
    Les commissions paritaires sont reconstruites pour permettre l’exercice plein et entier des missions des délégué-es des personnels en matière d’accompagnement, de vérification ou de contrôle des opérations de carrière ;
    La laïcité n’est plus utilisée et instrumentalisée pour stigmatiser telle ou telle partie de la population et participer à la montée du communautarisme et de l’extrême droite ;
    L’article 1 de la loi pour l’école de la confiance instaurant un devoir de réserve est abrogé pour signifier aux enseignant-es qu’on leur fait pleinement confiance ;

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.