FSU 37

S'abonner à flux FSU 37

DISPARITION D’UN SERVICE PUBLIC, NEUTRE ET GRATUIT D’AIDE À L’ORIENTATION SCOLAIRE & PROFESSIONNELLE

Malgré la mobilisation des personnels, une page se tournera avec la fermeture définitive des locaux du CIO de Tours au public le 02 Juillet 2019.

 Certains personnel du CIO de Tours souhaitent partager avec vous un dernier moment convivial sur place.

Vous pouvez nous rejoindre (si vous le souhaitez) le lundi 1er juillet à partir de 17h sur le boulevard au 64 bis bld Béranger.

En espérant vous compter parmi nous.

Les personnels des CIO d’Indre et Loire

   Collectif.cio37@laposte.net

 Nous nous permettons de vous rappeler ci-dessous le contexte de cette fermeture.

Utilisant le prétexte de l’arrivée à échéance du bail du C.I.O. (Centre d’Information et d’Orientation) au 31/12/2019, sans aucune concertation, ni justification d’autre sorte, le Rectorat d’Orléans-Tours a décidé de procéder à la fermeture du C.I.O. de Tours dès la rentrée de septembre 2019 pour transférer temporairement les personnels sur celui de Joué-Lès-Tours. Le Rectorat fait disparaitre un service public de proximité, identifié de longue date par les usagers et les partenaires associatifs et institutionnels, sans garantie que des travaux soient effectués dans les locaux du CIO de Joué-lès-Tours pour garantir un accueil de qualité des usagers. En effet, alors que la fusion des deux C.I.O. doit avoir lieu dans moins de trois semaines, aucun travaux n’a été effectué à ce jour.

Le Rectorat Orléans-Tours anticipe ainsi les conclusions du Rapport Charvet dont l’une des missions est de redéfinir la carte de l’implantation des C.I.O. sur l’ensemble du territoire national.

Par ailleurs, le Rectorat a pris la décision de supprimer 5 postes administratifs dans les C.I.O. d’Indre et Loire aux rentrées 2019 et 2020, mettant également en péril l’existence des C.I.O. d’Amboise et Loches (respectivement antennes des CIO de Tours et de Joué-lès-Tours). À terme, le Rectorat pourrait ne garder qu’un seul C.I.O. dans le département, conformément à l’obligation inscrite dans le code de l’éducation.

 

Outre le mépris pour le travail des personnels des C.I.O. (PsyEn EDO, D.CIO, Administratifs[1]), la disparition du C.I.O. de Tours et ceux à venir marque la fin du Service Public, de proximité, d’orientation de l’Éducation Nationale.

 

Avec la fermeture des C.I.O., vous PERDEZ : La liberté de choisir un lieu NEUTRE (en dehors des établissements scolaires) et GRATUIT pour élaborer le parcours scolaire et professionnel de votre enfant en toute bienveillance et objectivité avec l’accompagnement de professionnels. Les Psychologues Éducation Nationale (ex Conseillers d’Orientation Psychologues) sont des spécialistes à la fois :

  • du conseil en orientation scolaire et professionnelle,
  • du développement psychologique, affectif, social et cognitif des adolescents,
  • des procédures d’orientation et d’affectation,…

Le C.I.O. a un rôle est primordial, celui d’assurer le droit au conseil en orientation, inscrit dans le code l’Éducation. En Indre et Loire, une 50aine psychologues de l’Éducation Nationale vous accueille dans 5 lieux : 3 CIO (Tours, Joué-les-Tours, Chinon) et 2 antennes (Loches et Amboise) où travaille une 10aine de personnels administratifs et de documentation.

 

Quelles conséquences pour les usagers ? Un moindre service rendu…

-La disparition d’un lieu d’accueil NEUTRE et GRATUIT ouvert à tous les publics : jeunes scolarisés en établissements publics, privés ou de l’enseignement agricole, étudiants et apprentis, familles, jeunes décrocheurs ou non scolarisés, élèves allophones nouvellement arrivés en France, demandeurs d’emploi, adultes en reconversion professionnelle… ;

– Une baisse conséquente des possibilités d’accueil des publics pendant les périodes scolaires, mais aussi durant les vacances scolaires ;

– L’abandon du rôle social de l’État pour un public non scolaire, éloigné des métropoles ;

– La disparité d’accès, selon les territoires, à une information et une documentation objective, gratuite en accès libre,

– À terme l’aggravation des inégalités sociales et territoriales, …

 

Les Psychologues de l’éducation nationale (PsyEn EDO) seront-ils plus disponibles une fois les CIO fermés ?

Non, Les familles n’auront plus d’autre choix que de se conformer au jour de présence du PsyEN dans l’établissement où il est scolarisé, alors que les CIO, répartis sur les territoires, sont ouverts toute la semaine, ainsi que durant les congés scolaires. Par ailleurs, pour les familles résidant loin des métropoles, il faudra effectuer de longs trajets pour bénéficier d’un accompagnement à l’élaboration des projets d’orientation du C.I.O. départemental.

Le temps de présence des Psychologues de l’éducation nationale en établissement scolaire va-t-il augmenter ?

NON, sans recrutement massif et contrairement aux effets d’annonces du MEN, les PsyEn EDO ne seront guère plus présents en établissements scolaires. En effet, ils effectuent déjà près de 70% de leur temps de travail en établissement. Les secteurs des PsyEn EDO seraient toujours composés de 2-3-4 établissements et le temps gagné sur la présence en CIO n’augmenterait que de 2 à 3 heures maximum !

 

Rappel sur le contexte national

Avec la promulgation en septembre 2018 de la « loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel », le Ministère de l’Éducation Nationale (MEN) confie aux Régions la possibilité d’organiser « des actions d’information sur les métiers et les formations aux niveau régional, national et européen » auprès des élèves, missions d’information auparavant dévolues aux DRONISEP (structure en charge de l’édition et de la diffusion d’une information nationale, fiable sur l’organisation du système éducatif et ses débouchés : par exemple le guide ONISEP « Après la 3ème », distribué gratuitement dans tous les établissements scolaires,…).

Ces annonces arrivent dans un contexte de méprise et de méconnaissance du travail effectué par l’ensemble des personnels de l’ONISEP et des CIO et traduit par ailleurs la négation des processus complexes en jeu dans l’orientation des jeunes en construction. Depuis mars 2018, le M.E.N. martèle que « l’Orientation fonctionne mal », sans pour autant indiquer d’où vient ce « constat ». S’en est suivi un véritable matraquage des services publics d’information et d’orientation et une absence de dialogue social. Sous couvert d’une amélioration de l’Orientation, le M.E.N. tend à vouloir rapprocher les Psychologues de l’Éducation Nationale EDO* des lycées d’enseignements général et technologiques. Si nous partageons le constat de la nécessité d’augmenter le temps de présence des Psychologues de l’EN EDO en établissements, nous réfutons les moyens employés. Au lieu de recruter plus de PsyEn EDO, le MEN  diminue de près de 40% le nombre de postes au concours et ferme les C.I.O.

Toutes ces attaques vont de pair avec les profondes modifications à l’œuvre au sein de l’Éducation Nationale (Loi O.R.E. et Parcoursup, Réforme du Lycée, Transformation de la voie professionnel, loi de l’école de la confiance…) et participent de manière plus générale, à la destruction programmée de l’ensemble de la Fonction Publique.

 

Les personnels des CIO d’Indre et Loire

Collectif.cio37@laposte.net

 

[1] Psychologues de l’Éducation Nationale, spécialité Éducation, Développement, Conseil en Orientation scolaire et professionnelle

L’article Fermeture du CIO de TOURS est apparu en premier sur fsu37.

MARDI 25 JUIN 2019 à 18h30
21 rue Constantine à TOURS
siège du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire de l’Ordre des Médecins
RASSEMBLEMENT POUR NOTRE DROIT INALIÉNABLE À L’IVG !

Nous nous mobilisons contre les menaces de GRÈVE DE L’IVG (interruption volontaire de grossesse) lancées par le SYNDICAT NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES et OBSTÉTRICIENS DE FRANCE (SYNGOF) dont Mme PAGANELLI, GYNÉCOLOGUE À TOURS, est secrétaire générale !
Comme d’autres femmes en France, Suzy, au nom du Collectif « Avortement en Europe, les femmes décident » a porté plainte auprès de l’Ordre des Médecins contre trois représentants du SYNGOG, après des menaces de grève sur l’IVG et des propos réactionnaires et insultants sur les droits des femmes.
Comme la loi le stipule, Le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins convoque Suzy à une « Commission de conciliation » avec le Dr PAGANELLI le 25 juin à 18 h 30, à son siège 21 rue Constantine à Tours.
IL NE PEUT PAS Y AVOIR DE CONCILIATION AVEC CELLES ET CEUX QUI REMETTENT EN CAUSE LE DROIT À L’IVG.
Nous nous battons :

  • pour refuser toute menace de grève sur l’IVG,
  • pour assurer l’accès de toutes les femmes à l’IVG quels que soient leur situation économique, sociale, leur lieu de vie,
  • pour donner les moyens financiers aux centres pratiquant les IVG
  • pour la réouverture de tous les CIVG (centre d’interruption volontaire de grosses) fermés ces dernières années,
  • contre la clause de conscience spécifique à l’IVG pour les médecins,
  • pour que la formation aux techniques d’avortement fasse partie de la formation initiale et continue des professionnel.les de santé.

A l’appel du Réseau Féministe 37, les associations/organisations/structures :
CGT 37- FSU 37 – DLGS Les Amis de Demain Le Grand Soir, MJCF – NPA – OLF 37 – Peuples Solidaires Touraine – PCOF, PCF, SCOP L’ENGRENAGE, SUD Education, SUD Santé Sociaux, Union syndicale SOLIDAIRES, UCL 37, Collectif « notre santé en danger », Centre LGBTI Touraine

2019 25 juin RASSEMBLEMENT signatures au 18 juin

L’article IVG = 1 droit est apparu en premier sur fsu37.

La section fédérale des retraités de la FSU d’Indre-et-Loire (SFR-FSU 37) apporte son soutien aux collègues enseignants en lutte contre la loi Blanquer.

Lundi 17 juin à l’appel des organisations syndicales SNES-FSU, SNETAP-FSU, CGT éduc’action, SUD éducation, un mot d’ordre de grève a été lancé le premier jour des épreuves du baccalauréat. Cette journée est l’aboutissement de plusieurs mois de grèves, d’actions diverses pour interpeler le ministre qui est resté sourd aux revendications et malaise des collègues concernant les réformes (en particulier la loi Blanquer) et les conditions de travail.

Cette journée contrairement aux annonces du ministère a été bien suivie, avec des chiffres pouvant aller jusqu’à 50% de grévistes dans certains établissements du département. Les autorités ont voulu faire croire que cette grève passerait inaperçue, le ministre tente de rassurer depuis plusieurs semaines en affirmant que tout se passerait bien, se hasardant à pronostiquer un chiffre de 5% de grévistes lundi matin sur France-Inter. Pourtant, les centres d’examen ont dû faire appel à un nombre accru de surveillants (jusqu’à 30% en plus), parfois à des personnels non enseignants, mais, ce qui nous paraît scandaleux, à des retraités volontaires recrutés pour l’ensemble des épreuves.

L’administration interpelée met en avant la continuité du service public.

Ce n’est pas notre point du vue.

En tant que retraités de l’Éducation Nationale et des Services Publics, nous soutenons l’action de nos collègues en activité en lutte pour une école de qualité pour tous et contre des réformes menées « à la hussarde » qui risquent de se traduire par une aggravation des inégalités pour les jeunes face à la réussite scolaire.

Nous soutenons également leurs revendications de revalorisation salariale.

Fait à Tours le 18 juin 2018

L’article Les retraités avec les actifs est apparu en premier sur fsu37.

A lire dans la NR du 14 juin:

 

 

Retraites à points : la rentrée sera chaude

 

L’article Retraites à points : la rentrée sera chaude est apparu en premier sur fsu37.

Depuis 1993, ce ne sont pas moins de 4 réformes de retraite que nous ont été imposées, sous prétexte de déficit, par les gouvernements qui se sont succédés à la tête du pays. Aujourd’hui l’argument du déficit n’est plus utilisé et Macron tente de justifier une 5ème réforme par un souci de justice et de simplification.

Mais la mise en place d’un « système de retraites universel par points », ne serait ni juste ni simple, elle rendrait impossible de savoir à quel âge on pourrait partir, combien on toucherait et comment la pension évoluerait.

En fait, l’expérience des retraites par points des régimes complémentaires du privé (ARRCO et AGIRC) montre que l’âge de départ est repoussé aujourd‘hui à 63 ans et que depuis 1993 les pensions ont perdu 37 % par rapport au salaire moyen.

Avec le système actuel, dans les « régimes de base », les prestations sont connues à l’avance, on connaît l’âge auquel on peut partir et on sait combien on va toucher selon un calcul effectué sur les 25 meilleures années de carrière ou les 6 derniers mois pour les fonctionnaires.

Avec le « système de retraites universel par points » souhaité par Macron, seules les cotisations seraient connues, la pension serait calculée suivant les points accumulés tout au long de la carrière, tant pis si l’on a eu des périodes de chômage, de maternité ou de maladie. Et c’est le gouvernement qui déciderait de la valeur du point de retraite. Avec ce système, la perte de revenus des retraité.es atteindrait 30 % en moyenne.

Les Organisations CGT, FO, FSU et Solidaires d’Indre & Loire réaffirment leur opposition à cette nouvelle contre-réforme. Elles entendent porter leurs revendications avec l’objectif de défendre et améliorer le système de retraite par annuités, par répartition et, avec lui, l’ensemble de notre système de protection sociale assis sur les cotisations sociales.

Nous revendiquons :

  • Une retraite par annuités et par répartition.
  • Le droit à la retraite pour tous et toutes dès 60 ans (et avant pour les travaux pénibles) au minimum au niveau du SMIC et à 75 % du salaire de référence.
  • Le montant de la pension calculé sur les 10 meilleures années ou sur les 6 derniers mois pour la fonction publique.
  • L’augmentation des salaires donc des cotisations.
  • L’indexation des pensions sur les salaires, pas sur les prix.
  • L’égalité entre les hommes et les femmes.
  • Le maintien de la pension de réversion pour les veuves et les veufs.
  • La prise en compte des années d’études.
  • Le maintien des régimes spéciaux dont le code des pensions civiles et militaires.
Les organisations CGT, FO, FSU et Solidaires appellent au rassemblement : le jeudi 13 juin à 17 h30,
place Anatole France à Tours.

Saint-Avertin, le 27/05/2019

L’article Retraites à points : c’est toujours et encore non ! est apparu en premier sur fsu37.

La FSU, appelle à manifester à Paris le samedi 18 mai 2019 pour la promotion du service public d’éducation, pour la revalorisation de nos métiers et la reconnaissance de notre rôle social.
Dans le prolongement des actions qui ont cours depuis plusieurs mois dans l’éducation contre les suppressions de poste en collège, les réformes des lycées, de l’orientation et de l’accès au supérieur (Parcoursup) et du baccalauréat, contre la loi Blanquer… montons tous à Paris pour nous faire entendre d’un ministre et d’un pouvoir exécutif qui veulent passer en force.

Départ
Gare de Saint Pierre des Corps 9h29
TER (11h37 Gare d’Austerlitz )

Retour
17h28 Gare d’Austerlitz
TER (Gare de Saint Pierre des Corps 19h32 )

Pour des renseignements et vous inscrire :
fsu37@fsu.fr
snu37@snuipp.fr
snes37@orleans.snes.edu

L’article Tous à Paris le samedi 18 mai 2019 est apparu en premier sur fsu37.

Une première manifestation SNICS-FSU a eu lieu le 22 janvier 2019 à Paris pour s’opposer aux travaux parlementaires sur le projet de loi pour une école de la confiance. Suite à cette première contestation, certains amendements ont été abrogés.

Malheureusement certains autres, portés au vote le 13 et 14 mai prochain, affaibliraient, s’ils étaient adoptés, la politique éducative sociale et de santé en faveur des élèves du ministère de l’Éducation Nationale.
Une intersyndicale SNPDEN, SNICS-FSU et SNIES-UNSA Education a interpellé le ministre de l’Éducation Nationale, M. Blanquer, en dénonçant les ajouts portés par des députés médecins scolaires qui engendreront des modifications graves de conséquence pour la réussite des élèves et des étudiant(e)s, ce que ni les personnels infirmiers, ni les personnels de direction ne peuvent accepter en l’état.
Ces amendements visent à recréer, au sein des ministères de l’Éducation nationale et/ou de la Santé, une structuration de type service dans lequel le médecin, pourrait devenir chef de service et serait assisté par des infirmier.es de l’Éducation nationale de fait détourné.es de leurs missions en EPLE.
C’est au sein de l’équipe pédagogique et éducative, sous la hiérarchie administrative des chefs d’établissement, que les actions des infirmières scolaires permettent de mettre en cohérence les besoins exprimés et leur prise en compte dans les projets éducatifs de santé de notre ministère.

C’est pour cela que le SNICS-FSU a mobilisé à Paris le mardi 7 mai 2019.

L’article Le SNICS-FSU à Paris le mardi 7 mai 2019 est apparu en premier sur fsu37.

Le SNETAP – FSU, la CGT Agri et SUD Rural Territoires

organisent une veillée pour l’Enseignement Agricole Public

au Lycée agricole de Fondettes

le jeudi 9 mai à partir de 19h00

 

L’article Veillons pour l’Enseignement Agricole Public est apparu en premier sur fsu37.

Le projet de loi « transformation de la Fonction publique » n’est ni plus ni moins qu’un projet de destruction du statut d’une brutalité inouïe puisque ce sont les équilibres du statut de 1946, réaffirmés par les lois de 1982 à 1984, qui sont piétinés, et avec eux la conception d’un fonctionnaire citoyen au service de l’intérêt général opposée à celle d’un fonctionnaire « aux ordres ». C’est tout le modèle social français et la garantie de neutralité des agents publics qui sont dans le viseur.

Tous les éléments qui garantissent les personnels et donc les usagers contre l’arbitraire sont attaqués :

  • Commissions paritaires vidées de leur substance et ce dès le 1° janvier 2020.
  • Remise en cause des prérogatives et des moyens de fonctionner des CHSCT (comités hygiène, sécurité, conditions de travail)
  • Recrutement de contractuels ouvert en grand
  • Possibilités de détachement vers le privé, introduction d’une rupture conventionnelle, etc

Lire la note très complète de la FSU faisant une lecture, article par article, du projet de loi de transformation de la fonction publique.

L’article Réforme de la Fonction publique : attaque sans précédent contre le statut est apparu en premier sur fsu37.

Fonction publique : grève unitaire et manifestation le 9 mai
Rassemblement à 10h place Anatole France à Tours

Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FAFP, FO, FSU, Solidaires, et UNSA de la Fonction publique affirment de nouveau leur attachement aux valeurs du service public et à une Fonction publique au service de toutes et tous, porteuse de l’intérêt général.
Depuis de nombreux mois, en dépit de leurs revendications et propositions, elles constatent que le pouvoir exécutif poursuit une politique contraire aux intérêts de la population, néfaste pour les missions publiques et pour les agent-e-s. Le gouvernement pratique le double langage en prônant la modernisation de la Fonction publique et le respect des agent-e-s public-que-s, alors même qu’il ne revalorise pas leur rémunération, qu’il supprime des postes, engendrant une forte dégradation des conditions de travail, et veut affaiblir leurs droits et garanties.
Les personnels, avec leurs organisations syndicales, revendiquent l’augmentation de la valeur du point d’indice afin d’améliorer leur pouvoir d’achat, la suppression du jour de carence et rappellent leur opposition aux 120 000 nouvelles suppressions de postes annoncées.
A de multiples reprises, nos organisations se sont opposées à ces mesures et ont mis sur la table des propositions alternatives.
Poursuivant leur politique, toujours sans tenir grand compte des organisations syndicales représentatives, le Président de la République et le gouvernement comptent faire adopter au Parlement, d’ici au début de l’été, une loi dite de transformation de la fonction publique dont nombre de dispositions ont une portée très grave tant pour les agent-e-s et les citoyen-ne-s que pour l’avenir de la Fonction publique.
Il en est ainsi, par exemple, de la mise en place d’une instance unique en lieu et place des comités techniques et CHSCT, instance qui risque de diluer et amoindrir les actions dans des domaines essentiels de la sécurité, de la santé et de la vie au travail. C’est aussi le cas avec la suppression des compétences des CAP en matière de promotion et de mobilité, mesure qui va favoriser une gestion opaque et priver les personnels de recours contre l’arbitraire.
Avec le recours au recrutement accru à tous les niveaux de contractuel-le-s, la précarité sera encore aggravée particulièrement avec des contrats de mission à durée déterminée pouvant être rompu à tout moment. Par ailleurs, aucune amélioration substantielle des garanties collectives ni sécurisation des parcours professionnels n’est envisagé pour les contractuel-le-s pas plus qu’un encadrement plus strict des conditions de recrutement et de formation. De plus, c’est l’égalité d’accès aux emplois publics et les garanties de neutralité de l’agent public qui sont menacées.
Après des communiqués unitaires, après des délais de consultations des instances supérieures de la Fonction publique peu respectueuses d’un dialogue social de qualité, après que toutes les organisations représentatives de la Fonction publique aient donné un avis défavorable au projet de loi dit de transformation de la fonction publique, les organisations syndicales CFDT, CFTC, CFECGC, CGT, FAFP, FO, FSU, Solidaires, et UNSA réaffirment leur volonté de mettre en oeuvre un processus de mobilisation inscrit dans la durée.
Pour dire non au projet de loi de transformation de la fonction publique et pour demander au gouvernement qu’il ouvre enfin des négociations sur de nouvelles bases, elles appellent d’ores et déjà toutes et tous les agent-e-s de la Fonction publique à se mettre en grève le jeudi 9 mai prochain, étape forte du processus de mobilisation.

Les Lilas le 12 avril 2019

L’appel en pdf

 

 

 

Le tract aux usagers

L’article Unis pour la défense de la Fonction Publique est apparu en premier sur fsu37.

A lire dans la NR du 11 avril:

 

 

Tours : 600 retraités ont manifesté ce jeudi

Une prise de parole a été prononcée par la FSU au nom de l’intersyndicale et remise à la préfecture:

Prise de parole pour le 11 avril 2019 inter retraités 37 DEF

L’article Tours : 600 retraités manifestent dans le centre-ville est apparu en premier sur fsu37.

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.